Réglementation européenne sur les crypto-monnaies : quel est l’avenir des crypto-monnaies en Europe ?

L’Union européenne est parvenue à un consensus politique sur le MiCA en octobre 2022. Le 20 avril 2023, le règlement a été approuvé par le Parlement européen. Cela fait officiellement de l’AMC la première réglementation au monde sur les crypto-actifs. 

L’AMC couvre les émetteurs et les prestataires de services et vise à protéger les consommateurs et les investisseurs tout en garantissant la stabilité financière et en soutenant l’innovation. La réglementation, qui entrera selon toute vraisemblance en vigueur entre fin 2024 et début 2025, positionne l’Europe comme une région attractive sur le marché des crypto-monnaies. 

Vous pouvez lire dans ce blog ce qu’implique le MiCA et comment il est lié au GDPR ! 

 

Qu'est-ce que le règlement Mica et à quoi sert-il ?

L’acronyme “MiCA” signifie Markets in Crypto Assets. Cette dénomination reflète fidèlement l’objectif du règlement. En effet, MiCA vise à apporter de la régularité dans le monde très peu réglementé des crypto-monnaies.

La réglementation ne résoudra pas tous les problèmes du monde des crypto-monnaies, les développements technologiques sont tout simplement trop nombreux et trop complexes à l’heure actuelle pour cela. Toutefois, il est juste de dire que ce règlement est un bon début pour résoudre les problèmes initiaux.

L'Europe et le marché des crypto-monnaies

En outre, la manière dont les différents États membres ont abordé la question des crypto-monnaies était très différente. Il n’y a pas eu d’unanimité.

De plus en plus de citoyens se sont également intéressés au monde des crypto-monnaies et à tous les risques qu’il comporte.

L’Europe ne manque pas de fournisseurs de crypto-monnaies, mais on constate également que la valeur du marché des crypto-monnaies ne se trouve pas en Europe. On peut donc se demander pourquoi l’AMI a été rédigé en Europe.

La raison en est la réglementation relative à la lutte contre le blanchiment d’argent et les exigences croissantes imposées aux fournisseurs de crypto-monnaies dans le cadre de cette réglementation.

À qui s'applique le règlement MiCA ?

La nouvelle réglementation européenne sur le marché des crypto-monnaies s’applique à tous les individus et entreprises opérant sur ce marché.

Y compris les fournisseurs de produits en crypto-monnaie et les plateformes qui permettent d’échanger des crypto-monnaies.

En termes plus juridiques, cela signifie que le règlement MiCA s’applique à ceux qui émettent des crypto-actifs ou fournissent des services liés aux crypto-actifs au sein de l’UE.

Cela signifie que les personnes physiques et morales opérant sur le marché des crypto-monnaies doivent se conformer aux règles réglementaires.

Le champ d’application complet du règlement est contenu dans l’article 2 de la MiCA.

Le MICA et le GDPR

L’introduction de la réglementation GDPR a été un facteur majeur en termes de nombreux développements technologiques.

Il est donc indéniable que le GDPR doit, d’une manière ou d’une autre, s’intégrer au MICA.

Après la publication du texte final du MiCA le 4 octobre 2022, le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD) a rendu presque immédiatement un avis sur la protection des données.

Dans cet avis, le CEPD souligne que les crypto-actifs devraient être émis dans le respect du GDPR.

Dans son avis, le CEPD indique clairement que les éditeurs de crypto-actifs, si le projet en question traite des données à caractère personnel, sont toujours des responsables du traitement au sens du GDPR.

Avis :

Le CEPD a recommandé que l’AMC indique clairement que les émetteurs de crypto-monnaie sont responsables. Le texte final du règlement met l’accent sur les questions de protection des données à l’article 88.

Cette disposition met davantage l’accent sur l’obligation pour les émetteurs de crypto-actifs d’établir des systèmes et des procédures suffisamment adéquats pour garantir que l’intégrité, la confidentialité et la sécurité des informations sont conformes aux dispositions du GDPR.

Ces systèmes doivent aider les éditeurs à enregistrer et à conserver les données et les dossiers pertinents tout au long de leurs activités.

Ces objectifs doivent également être atteints par les tiers en cas d’externalisation.

Dans ce cas, les conditions de ce règlement devraient également toujours être respectées grâce à l’utilisation de politiques conformes au GDPR, à la conclusion d’accords prévoyant une protection adéquate et des dispositions explicites sur la résiliation en cas de non-respect des obligations convenues..

Quoi d’autre ? :

En outre, le GDPR s’applique dès que des données sont traitées à partir de personnes situées dans l’UE.

Il en va de même si les données sont traitées par un responsable de traitement établi hors de l’UE. C’est ce que l’on appelle la loi du lieu.

Cela signifie que même si les entreprises étrangères sont autorisées à traiter des données, elles doivent se conformer aux exigences du GDPR lorsqu’elles pénètrent sur le marché de l’UE.

Le législateur européen s’est en partie abstenu d’inclure un système similaire dans sa réglementation MiCA, alors que cela aurait été tout à fait possible compte tenu de la conception numérique des produits.

Par exemple, pour opérer dans l’UE, les émetteurs de jetons référencés par des actifs en vertu de l’article 15, paragraphe 2, de la MiCA doivent être constitués sous la forme d’une entité juridique basée dans l’UE.

Cependant, il n’existe pas de règle similaire pour les crypto-actifs généraux, de sorte qu’une sorte de principe du lieu d’exécution s’applique à eux.

Et ensuite ?

L’Europe semble de plus en plus consciente de sa capacité à influencer les normes mondiales par le biais de la réglementation. Cela signifie également que l’AMI aura sans aucun doute un impact mondial sur les normes et les pratiques de l’Union européenne.
les devoirs de diligence
.

Il n’est pas indifférent de noter que les nouvelles règles visent non seulement le marché européen, mais aussi l’amélioration des normes mondiales et la protection des consommateurs dans le monde entier.

Si l’on en croit Dante Disparte, directeur de la stratégie de Circle, le MiCA sera pour les crypto-monnaies ce que le GDPR a été pour la protection des données.

Conclusion

Avec MiCA le législateur européen semble avoir fait un bon premier pas pour d’apporter une réglementation au monde de la cryptographie.

Il ne fait aucun doute que l MiCA fera des émules dans le monde entier. L’avenir nous dira si le Mica offrira réellement la protection souhaitée.

Parallèlement au GDPR, la Mica devra veiller à ce que les utilisateurs et leurs données soient protégés dans le monde des crypto-monnaies.

Delen:

Meer berichten

Meer info: