Les employeurs peuvent consulter le GDPR en ligne.

Les employeurs peuvent consulter le GDPR en ligne.

Les employeurs ont le devoir de veiller à ce que l’environnement de travail soit sûr pendant cette crise de la corona. Certains employeurs souhaitent par exemple mesurer la température de leurs employés, mais est-ce autorisé ?

Les données médicales traitées sont des “données personnelles particulières” !

  • L’employeur n’est pas autorisé à traiter les données médicales du personnel et, par conséquent, il n’est même pas autorisé à poser des questions sur la santé du personnel ou à effectuer un test de contrôle.
  • En vertu de la loi sur la protection de la vie privée, même la raison de l’absence pour cause de maladie ne peut être conservée.
  • Un médecin d’entreprise, en revanche, est habilité à faire passer un test, mais si l’employeur constate qu’un membre du personnel présente des signes de rhume pendant la crise de Corona, il peut le renvoyer chez lui.
  • Pour savoir ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas, contactez nos consultants.

Conseils en ligne sur le GDPR

Nous voulons tous retourner sur le lieu de travail et oublier la crise de la corona. C’est pourquoi plusieurs entreprises souhaitent déployer des moyens de surveillance des employés, des visiteurs ou des chauffeurs routiers, même avec des caméras thermiques.

Les entreprises qui l’appliquent sont en infraction et si l’employeur pense qu’il peut le faire après avoir signé un accord de consentement, il est toujours en infraction.

En effet, le salarié occupe une position subordonnée et ne peut être considéré comme égal. L’employé peut alors se sentir sous pression, et l’employeur n’est pas non plus un médecin.

Le chauffeur qui vient livrer des marchandises pour le compte d’un fournisseur ne doit pas être testé car il n’y a pas non plus d’équivalence.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la mise en œuvre du GDPR en ligne, demandez votre dossier en ligne ici.

Que peut donc faire l’employeur ?

En tant qu’employeur, vous êtes autorisé à poser certaines questions à l’employé malade, par exemple sur la période pendant laquelle il pense être absent, et à consulter ses courriels professionnels.

Si les e-mails contiennent des messages personnels, l’employeur ne doit pas les lire (les traiter) et s’il n’y a pas de distinction claire entre les e-mails professionnels et les e-mails personnels, l’employeur doit être extrêmement prudent.

  • En tant qu’employeur, vous pouvez conclure un accord de service avec une entreprise pour que les données provenant des dispositifs portables, telles que la forme physique, le poids, les habitudes d’exercice ou la sensibilité au stress d’une personne, soient analysées et rendues visibles pour les employés.
  • Si le médecin d’entreprise traite les dossiers médicaux des employés dans un système externe, c’est-à-dire un système géré par un tiers, un accord de traitement doit être conclu avec le gestionnaire de ce système. Nous suivons ici les règles décrites à l’article 28, paragraphe 3, du règlement GDPR.

Commentaire

Le salarié malade a droit au respect de sa vie privée. Il n’est donc pas légalement permis aux employés de poser des questions sur la nature et la cause de la maladie.

Seul un médecin de l’entreprise est autorisé à traiter les données médicales.

Delen:

Meer berichten

Meer info: