Google et votre droit à l’oubli.

Google et votre droit à l'oubli. Google conserve-t-il mes données ?
gap-analyse

Une fois en ligne, toujours en ligne ?

L’autorité espagnole chargée des données personnelles a en mai 2022 a imposé une amende de

10 000 000 € imposés à Google pour avoir transféré illégalement des données personnelles à un tiers et entravé l’exercice du droit à l’oubli. à l’oubli.

Le droit à l'oubli sur Google

Avant d’aborder les faits de cette affaire, il est important de revenir brièvement sur les questions antérieures concernant le droit à l’oubli sur Google.

En 2014, avant même l’entrée en vigueur du GDPR, la Cour de justice de l’Union européenne s’est prononcée sur le droit à l’oubli.

Dans l’arrêt Google Spain (CJUE 13 mai 2014,
affaire C-131/12
concerne un litige entre Mario Costeja González et Google.

La plainte de M. Costeja González est née du fait qu’en tapant lenom González sur Google, des résultats de recherche apparaissaient concernant la vente publique de biens immobiliers appartenant aux personnes concernées dans le cadre d’une saisie visant à recouvrer des dettes de sécurité sociale . Cependant, la vente aux enchères remonte à de nombreuses années.

La Cour de justice des Communautés européennes a jugé dans cette affaire que les activités d’un moteur de recherche comme Google devaient être considérées comme un traitement au sens de l’ancienne directive sur la protection de la vie privée.

En définitive, Google doit toujours disposer d’une base légale pour traiter ces données personnelles, en mettant en balance les intérêts du demandeur en matière de protection de la vie privée et les intérêts du droit à la liberté d’expression et du droit à l’information .

En l’occurrence, le droit à la vie privée de M. Costeja González a prévalu sur l’éventuel intérêt économique de Google ainsi que sur l’intérêt du public à obtenir des informations.

gap-analyse

L'arrêt google/spain et le GDPR

Le droit à l’oubli a été reconnu pour la première fois dans l’arrêt Google/Espagne.

Avec l’entrée en vigueur du GDPR, ce principe est devenu explicitement explicitement un droit.

L’article 17 du GDPR prévoit un certain nombre de cas dans lesquels entreprises telles que Google doivent supprimer vos données doivent effacer vos données si vous en faites la demande, concrètement cela peut être fait lorsque :

  • vos données personnelles ne sont plus nécessaires ;
  • vous retirez votre consentement ;
  • vous vous opposez au traitement de vos données ;
  • les données à caractère personnel ont été traitées de manière illicite ; ou
  • vous avez moins de 16 ans et les données personnelles ont été obtenues lors de l’utilisation d’un service en ligne.

Cette demande peut être refusée si le traitement de vos données personnelles est nécessaire :

  • pour l’exercice du droit à la liberté d’expression et du droit à l’information ;
  • pour se conformer à une loi qui exige le traitement des données ou pour l’exécution d’une tâche d’intérêt public ou l’exercice de l’autorité publique ;
  • pour des raisons de santé publique ;
  • à des fins de recherche scientifique ou historique ou à des fins statistiques ;
  • pour l’établissement, l’exercice ou le fondement d’une action en justice.

Pourquoi Google s'est-il vu infliger une amende par l'autorité espagnole de protection des données en 2022 ?

En 2018, l autorité espagnole de protection des données une plainte qui a soulevé des doutes a été soulevée sur la question de savoir si Googleen tant que contrôleurles demandes de contenu (en en vertu du droit à l’oubli) à supprimer d’une manière légalement correcte.

L’un d’eux accusait Google de copier illégalement les demandes de suppression des utilisateurs à un tiers (le “projet Lumen”). des demandes de suppression des utilisateurs à un tiers (le “projet Lumen”). envoyé.

Le projet Lumen un projet universitaire du Berkman Klein Center basé aux États-Unis pour Internet & Society à l’université de Harvard, qui vise à répondre aux demandes légales de retrait des images de l’Internet et de la société. informations en ligne collecter et étudier. C’est ce qu’ils font en créant une base de données des demandes de retrait de contenu.

Conclusion

Google a déjà violé le droit à l’oubli à plusieurs reprises, avant et après l’entrée en vigueur du GDPR.

Il est grand temps que Google commence à prendre au sérieux le droit à l’oubli et le GDPR.

Le modus operandi actuel de Google peut avoir des conséquences très désagréables. Pensez à des photos inappropriées qui apparaissent en premier lorsque votre employeur potentiel tape votre nom sur Google, ou à certaines informations que vous ne souhaitez pas voir associées à votre personne.

L’application stricte du GDPR pourrait encourager des entreprises comme Google à revenir sur leurs pratiques.

Delen:

Meer berichten

Meer info: